“Masque alternatif”, “masque grand public”, “masque en tissu”, “masque lavable”, “masque FFP2”, “masque réutilisable”, “masque chirurgical”, “masque AFNOR”, “masque à usage non sanitaire”… Nous entendons ces mots tous les jours dans les médias.

La situation évolue et nous nous dirigeons peu à peu vers un déconfinement progressif de la population et ce, dès le 11 mai. Nous partons du principe que le port du masque sera recommandé toutes les fois où son port ne sera pas obligatoire.

Face au long débat sur les masques, les ruptures dont ils ont fait l’objet et leur quantité insuffisante pour protéger la population, le recours à des méthodes de protection alternative semblaient inévitables. Voilà que des masques alternatifs font leur apparition : les masques “grand public”.

De ce fait, de nombreuses questions se posent au sujet des masques « grand public ». Principalement destinés à des individus dans le cadre de la reprise de leur activité professionnelle, ils pourront également être proposés au plus grand nombre à l’occasion de sorties autorisées dans le contexte du confinement, puis du déconfinement. 

Notons, que le port de ces masques grand public sera obligatoire pour :

  • tous les enseignants scolaires lorsqu’ils ne peuvent pas respecter la distanciation physique d’un mètre avec autrui ;
  • tous les professionnels de la petite enfance ;
  • tous les collégiens ;
  • tous les chauffeurs de bus, de taxis et de VTC lorsque le véhicule ne dispose pas d’une vitre de protection en plexiglas ;
  • tous les usagers dans les transports en commun ;
  • les clients de certains commerces lorsque le port du masque sera requis pour y entrer.

L’utilité du masque dans l’épidémie Sars-Cov-2 :

D’une façon générale, la port du masque est un geste complémentaire aux gestes barrières.  Il participe à éviter le contact direct des mains avec notre bouche. De même, inconsciemment, le port du masque fait augmenter la distance de sécurité avec l’entourage. 

Il existe différents type de masques qui se différencient par leur fonction de protection : protéger vis-à-vis de gouttelettes émises lors de l’expiration et/ou filtrer des particules en suspension lors de l’inhalation. Parmi les masques couramment utilisés, on retrouve : 

  • Le masque chirurgical : permet d’éviter la projection vers son entourage de gouttelettes émises par celui qui le porte. Il protège également le porteur des gouttelettes qui peuvent potentiellement être émises par des personnes en vis-à-vis. 

Par contre, ces masques médicaux n’empêchent pas l’inhalation de petites particules en suspension. 

Sa durée de protection maximale est de 4 heures

  • Le masque de protection respiratoire : le fameux masque filtrant souvent connu notamment sous le nom de “FFP” (1, 2 ou 3) protège celui qui le porte contre les gouttelettes et aussi contre l’inhalation de petites particules en suspension.

Aujourd’hui, ce type de masque est réservé aux personnels soignants en contact avec des personnes infectées par le virus. Sa durée de protection maximale est de 6 heures.

Arrivant au compte goutte, ces deux types de masques sont réservés en priorité aux professionnels de santé qui sont en première ligne en contact avec des personnes malades.

D’abord du fait d’une d’une pénurie nationale puis aujourd’hui dans l’optique d’une reprise de l’activité, les masques “grand public “ / “barrière ont fait leur apparition en France. 

  • Les masques “barrière” ou “grand public” sont des masques en tissu, lavables et réutilisables ;
  • Ils sont destinés aux personnes saines ou susceptible de l’être ;
  • Son port peut être envisagé par une personne qui se rend au travail, mais également par une personne qui se rend dans les grandes et moyennes surfaces ;
  • Son port sera en revanche obligatoire dans les transports publics ;

En limitant la projection de gouttelettes et en diminuant la transmission par contact main-bouche, le port du masque grand public s’avère essentiel afin de limiter la propagation du virus.

Toutefois, nous attirons votre attention sur le fait que porter un masque grand public n’est pas suffisant et qu’il n’empêche pas une personne d’être contaminée. Le port de ce type de masque est une protection complémentaire des gestes barrières et de la distanciation sociale.

Ainsi, le respect des gestes barrières demeure primordial :

Les masques sont utiles mais encore faut-il savoir les choisir :

Face à cette demande croissante de masques et à leur qualité parfois douteuse, l’AFNOR a mis à disposition des particuliers et industriels un document précisant les exigences des matériaux devant être utilisés (notamment en terme de perméabilité à l’air et de protection vis-à vis des projections). 

Le respect du cahier des charges de l’AFNOR* par le fabricant est donc un gage de qualité. 

Selon les types de matériaux utilisés, nous distinguons deux catégories de masques grand public :

  • catégorie 1 : filtrent au moins 90 % des particules et sont destinés aux professionnels étant en contact fréquent avec le public ;
  • catégorie 2 : filtrent au moins 70 % des particules. Ils sont destinés aux personnes ayant des contacts occasionnels.

Lors de l’achat de votre masque grand public, plusieurs mentions doivent figurer : 

  • l’identification du fabricant ;
  • la mention “Masque barrière AFNOR SPEC S76-001:2020” ; numéro du présent document et la désignation visible « Masque barrière » ;
  • la durée d’utilisation préconisée ;
  • les instructions d’entretien (nombre de lavage, mode de lavage et de séchage).
  • L’instruction suivante : « Ce dispositif n’est ni un dispositif médical au sens du RèglementUE/2017/745 (masques chirurgicaux), ni un équipement de protection individuelle au sens du Règlement UE/2016/425 (masques filtrants de type FFP2). »
  • Le pictogramme de la mise en place du masque barrière.

Attention, même si l’ensemble des masques permettent d’améliorer la protection en complément des gestes barrières, certains modèles sont très peu efficaces. 

masque non conforme

C’est le cas des masques qui comportent une couture verticale, le long du nez, de la bouche et du menton. En effet, il y a une risque de fuite de micro-gouttelettes par la couture.

Comment utiliser les masques :

comment mettre son masque

Attention : Une fois en place, il ne faut plus toucher votre masque.

comment retirer son masque

Les questions fréquentes sur les masques grand public :

  • Combien de masques doit-on prévoir par jour ? 

Les masques barrières doivent être portés au maximum 4 heures. Il est conseillé d’en prévoir 3 par jour : 1 pour le matin, 1 autre pour l’après-midi et un 3ème de secours. 

  • Comment laver mon masque grand public ? 

Chaque fois qu’il est porté ou souillé, il faut laver le masque en machine avec une lessive, à 60 °C pendant au moins 30 minutes dans un filet de protection. Le séchage se fait au sèche-linge ou à l’air libre. Il est possible de le repasser à la vapeur avec une température qui n’abime pas le tissu.

  • Je n’ai pas de machine à laver, puis-je utiliser un sèche-cheveux ? Ou un fer à repasser très chaud ? Ou verser le contenu de ma bouilloire dessus ?

Si vous n’avez pas de machine à laver, en faisant chauffer de l’eau dans une casserole, bouilloire à 60 degrés (pas plus) il est possible de laver son masque.

En revanche, utiliser un sèche-cheveux ou encore un fer à repasser très chaud n’est pas recommandé !

  • Combien de fois peut-on réutiliser son masque grand public ? 

Un masque cousu à la main est plus fragile qu’un masque cousu à la machine. Les masques sont lavables le nombre de fois qui est indiquée sur leur notice. 

La démarche mise en oeuvre par la pharmacie de la Confiance : travail local et parisien.

Dans ce contexte de crise sanitaire et économique, nous avons fait le choix de travailler main dans la main avec un couturier du 11ème arrondissement de Paris. 

Volontaire, il a apporté son aide dès le début de l’épidémie en confectionnant des masques barrières aux professionnels de santé des environs. De bouche à oreille, ce sont les hôpitaux qui lui ont passé commande. Les masques produits par notre couturier répond au cahier des charges de l’AFNOR (gage de qualité incontournable) et travaille à proximité, dans son atelier, ce qui nous assure une parfaite traçabilité du produit.

La pharmacie de la Confiance se mobilisent pour ses patients et c’est pour cela que nous vendrons au prix coûtant des masques grand public, conçus à Paris-même !

En conclusion,  en période COVID-19, reprendre une activité s’approchant de “la normale” exige le respect des gestes barrières avant tout et le port d’un masque grand public dans les situations évoquées au sein de cet article. 

*Association Française de NORmalisation

La pharmacie de la Confiance se mobilisent pour ses patients et c’est pour cela que nous vendrons au prix coûtant des masques grand public, conçus à Paris-même !

En conclusion,  en période COVID-19, reprendre une activité s’approchant de “la normale” exige le respect des gestes barrières avant tout et le port d’un masque grand public dans les situations évoquées au sein de cet article. 

*Association Française de NORmalisation
Source : 
Masques de protection : les normalisateurs multiplient les initiatives face au coronavirus
https://masques-barrieres.afnor.org/Home/FabricantsParDepartement?departementCode=75&page=4
https://masques-barrieres.afnor.org/Home/FabricantsParDepartement?departementCode=75&page=4
http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html
https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/covid-19-strategie-de-gestion-et-d-utilisation-des-masques-de-protection
https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks
https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-covid-19-devons-nous-porter-des-masques_143188
https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/29/ou-se-procurer-un-masque-grand-public-combien-de-temps-le-porter-nos-reponses-a-vos-question_6038154_3244.html

Leave a Reply