Bonjour à tous,

Ce mois-ci, je vous propose de voir comment accompagner les effets secondaires d’une chimiothérapie cancéreuse par les Plantes (phytothérapie, aromathérapie, gemmothérapie).

La plante médicinale du mois : 

« Le Desmodium, la plante africaine contre les effets secondaires d’une chimiothérapie »

Le Desmodium est une légumineuse d’Afrique de l’Ouest, dont les propriétés exceptionnelles ont été découvertes par Pierre et Anne-Marie Tubéry dans les années 1960.

Il possède des composants chimiques « uniques » responsables de ses propriétés si particulières. 

Ses propriétés protectrices du foie sont bien connues. 

De plus, le Desmodium possède une capacité anti-oxydante puissante. Il va inhiber l’augmentation des transaminases. Ces dernières sont les enzymes présentes dans les cellules hépatiques. Un taux plus élevé reflète un dérèglement voire des lésions du foie. 

Le Desmodium protège également contre les virus responsables des hépatites A, B, et C. 

Il va prévenir des lésions hépatiques dues à l’alcool, aux médicaments, mais aussi aux effets secondaires d’une chimiothérapie

Comment utiliser le Desmodium ?

En tisane : 

Prendre 8 à 10g de tiges et de feuilles de Desmodium, coupées en petits morceaux.

Faire bouillir 15 min dans un litre d’eau. 

Filtrez et buvez tout au long de la journée.

En gélules BIO : 

Chez Nat & Form : prendre 2 gélules 2 fois/jour, au moment des repas.

En Liquide avec les oligoéléments :

Chez Nutergia : ERGYDESMODIUM, Prendre 10 à 20 ml par jour à diluer dans 1 verre d’eau (150 ml), de préférence en dehors des repas

Quelles autres plantes conseillées en Phytothérapie ?

Faute d’accompagner nos plats au quotidien avec des épices, faire des cures régulièrement de compléments, à base de Curcuma, Ail, Oignon, Gingembre, Cannelle vraie, Poivre noir, Cardamome, ou Safran…

Quelques-uns de leurs composants « Anti- Cancers » ont été bien identifiés, tels que la curcumine (du curcuma), l’allicine (de l’ail), la quercétine (de l’oignon), l’aldéhyde cinnamique et l’eugénol (de la cannelle), le zingiberène (du gingembre), la pipérine (du poivre noir), le limonène (de la cardamome), la crocétine (du safran). 

Quelles solutions en aromathérapie ?

Contre les Nausées et les vomissements provoqués par la chimiothérapie

Inhaler de l’huile essentielle de Gingembre « au bouchon », plusieurs fois dans la journée.  Elle diminue les nausées et les vomissements. Elle améliore également l’état de santé général et la perte d’appétit. 

Contre la sécheresse buccale provoquée par la chimiothérapie

Inhaler un mélange à base d’essence de Citron associé à de l’huile essentielle de Gingembre (en quantités égales) « au bouchon », plusieurs fois dans la journée.  Celui-ci augmente les sécrétions salivaires. 

Contre le stress 

Préparer un mélange « anti- stress » à base des trois huiles essentielles suivantes :

Essence de Bergamote 2ml
Huile essentielle de Lavande fine 2ml
Huile essentielle d’Encens 2ml
Dilué dans une huile végétale d’amande douce 100 ml. 

Masser les mains avec le mélange d’huiles essentielles, pendant 5 minutes, plusieurs fois par jour, durant 7 jours, permet de diminuer douleur et dépression.  

Diffuser des huiles essentielles de conifères, comme si vous faisiez une ballade en forêt ! 

Des chercheurs japonais ont révélé qu’un « environnement forestier » stimule l’activité de cellules anticancéreuses de notre propre corps, appelées Natural Killer (NK). Cette activité se prolonge durant plus d’une semaine après une promenade en forêt.

On retrouvera les bénéfices d’une telle promenade, en diffusant plusieurs fois/jour (maximum 15min/heure), des huiles essentielles de Conifères, dans notre environnement familier (à domicile, au travail). 

Vous pouvez choisir des huiles essentielles comme le Pin sylvestre (Pinus silvestris), le Sapin de Sibérie (Abies sibirica), ou le Cyprès toujours vert (Cupressus sempervirens). 

Quelles solutions en gemmothérapie ?

Préserver son microbiote intestinal 

L’équilibre de la flore intestinale, ces bactéries qui tapissent notre intestin, nous aident à digérer et nous défendre contre des attaques extérieures (bactéries, virus…), est souvent affecté lorsque l’on vieillit. Un déséquilibre de cette flore ainsi qu’une fuite de produits microbiens contribuent à une inflammation chronique, qui affecte le système immunitaire et empêche l’élimination des cellules mutantes et vieillissantes, permettant ainsi le développement de tumeurs. 

Le macérât de bourgeon de Noyer (Juglans regia) permet de régénérer et protéger la flore intestinale.

Vous pouvez prendre 5 gouttes, trois fois/jour dans un peu d’eau, par cure de 21 jours, avec de la gemmothérapie concentrée et bio. 

https://www.herbalgem.com/fr/nos-produits/herbalgem/noyer/ref-030200

Certains compléments nutritionnels permettront aussi d’améliorer le microbiote intestinal, et ainsi limiter le développement de Cancers. Demandez conseils auprès de votre pharmacien. 

Très bonne lecture et à bientôt,

Rémy

Leave a Reply