La perte d’odorat fait partie des symptômes couramment évoqués par les patients atteints d’une infection par le Sars-cov-2. Dans ce contexte, les traitements conventionnels sont contre-indiqués, ainsi le recours à ce que l’on appelle « training olfactif » s’avère adapté afin de retrouver sa sensibilité olfactive. En cette période, c’est donc une alternative thérapeutique à explorer avec la plus grande attention.

Mais au fait, c’est quoi au juste l’olfaction ?

L’olfaction c’est …

un sens permettant l’analyse et l’interprétation moléculaire de notre environnement. Il est étroitement en lien avec le goût et le nerf trigéminal qui eux aussi permettent d’interpréter une information chimique. 

L’olfaction c’est quoi au juste ?

Le goût

Egalement appelé la gustation, le goût nous permet de reconnaître le sucré, le salé, l’acide, l’amer ou encore l’umami. Quant à lui, le nerf trigéminal nous permet notamment de distinguer les textures, les températures. Ainsi, toutes les autres informations chimiques sont reconnues via l’odorat. 

La perception olfactive prend naissance au niveau du toit des fosses nasales.

Les odeurs passent par les narines mais également par voie rétro-nasale (à titre d’information, lorsque l’on mange, les molécules chimiques et donc les odeurs passent de la cavité buccale à la cavité nasale par voie rétro-nasale) pour atteindre l’épithélium olfactif. A partir de là, les neurones vont être stimulés et envoyer une information à la zone du cerveau chargée d’interpréter l’information chimique. 

La perte de l’odorat lors d’infections virales

La perte de l’odorat, également appelée anosmie, qu’elle soit partielle ou totale, peut avoir différentes origines, dont les infections virales.

Le mécanisme de la perte de l’odorat peut résulter :

  • d’une obstruction nasale empêchant l’accès à la région olfactive 
  • d’une lésion du tissu olfactif brouillant les connexions avec le cerveau

La majorité des virus entrainant une perte de l’odorat sont ceux qui touchent en particulier les voies aériennes supérieures. On retrouve donc par exemple, les virus responsables des rhumes, de trachéites, de laryngite, ou encore le virus sars-cov-2 à l’origine de la COVID-19.  

Rhume

Après une infection-virale la majorité des personnes touchées par une altération de l’odorat retrouve naturellement ce sens dans les 2 semaines après l’infection. En revanche, pour d’autres personnes, le retour à la normal peut mettre beaucoup plus de temps et ainsi altérer durablement leur qualité de vie. 

En dehors de toute infection au Sars-cov-2 le traitement ordinaire repose sur l’utilisation de corticoïdes locaux associés au lavage du nez. En revanche, dans le contexte sanitaire actuel, ils sont contre-indiqués (pour plus d’explication n’hésitez à demander à l’équipe de la pharmacie), ainsi la rééducation olfactive (par des odeurs), aussi appelée le training olfactif, constitue une alternative réelle. 

Les huiles essentielles pour retrouver l’odorat

Bien avant cette épidémie, des études ont établi l’utilité du recours à la rééducation olfactive afin d’améliorer la sensibilité olfactive et d’accélérer la récupération de l’odorat après une infection virale.

huiles essentielles

Quel type d’huiles essentielles choisir ?

Pour cela, il est recommandé de choisir des huiles essentielles aux profils olfactifs différents : 

  • les huiles essentielles au profil boisé : Cèdre de l’atlas (Cedrus Atlantica), Pin Sylvestre (Pinus Sylvestris)
  • les huiles essentielles au profil épicé : Girofle (Eugenia Caryophyllus), Cannelier de Chine (Cinnamomum Cassia)
  • les huiles essentielles au profil floral : Lavande (Lavandula Angustifolia), Géranium d’Egypte (Pelargonium x graveolens)
  • les huiles essentielles au profil fruité : Mandarinier (Citrus Reticulata), essence de Citron (Citrus Limon)
  • les huiles essentielles au profil herbacé : Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata), Menthe poivrée (Mentha x piperita)

Le protocole pour retrouver l’olfaction

Le protocole décrit ci-dessous est à suivre pendant au moins 3 semaines (dans la limite de 4 mois) :

  • Choisissez 4 huiles essentielles aux profils olfactifs différents 
  • Choisissez un environnement calme et sans odeur particulière qui pourrait perturber l’exercice  
  • Réaliser l’exercice tous les matins au réveil et le soir en dehors des repas
  • Tour à tour, effectuer 4 inspirations profondes en balayant le flacon d’huile essentielle sous votre nez

En tant que système d’alarme, la perte, même partielle, de l’odorat, peut entrainer une sensation d’insécurité. Si l’odorat est un système d’alarme, il permet aussi de profiter des plaisirs de la vie et son altération peut se répercuter sur le plaisir de manger. La qualité de vie s’en trouve directement altérée. 

Il faut voir cette rééducation comme un jeu et non comme une contrainte. Le but est de progresser, d’avancer petit à petit, sans se décourager, afin de devenir de plus en plus sensible aux odeurs. 

N’hésitez pas à vous rapprocher des membres de l’équipe, afin d’en savoir plus sur les traitements disponibles en cas de trouble de l’odorat.

Sources :

www.revmed.com

www.anosmie.org

www.pranarom.com

Leave a Reply